masque soin peau fait maison

Faire soi-même un masque maison écologique

En ces périodes de pénurie économique et de crise écologique majeure, il n’y aucune petite mesure qu’on ne puisse réaliser soi-même.

Se développe toute une panoplie d’actions du quotidien à transformer, à faire soi-même, que l’on retrouve sous la célèbre forme du Do It Yourself. Réparer, fabriquer, adapter… sont devenus les remplaçants de “jeter, acheter, consommer”.

En plus d’être amusantes et créatives, ces petites actions donnent du sens et permettent de renouer avec la réelle utilité des objets. Le domaine de la cosmétique n’échappe pas à ce mouvement mondial, d’autant que l’impact de ce marché est absolument désastreux en termes écologiques, entre la composition des produits et des emballages.

Nous allons pourtant voir qu’il est possible de réaliser facilement un masque maison.

L’avantage de faire son propre masque maison

Un masque, tout d’abord, est un soin que l’on applique sur le visage et qu’on laisse reposer un petit moment pour le laisser agir. Il y a énormément de types de masques disponibles sur le marché, adaptés selon différents besoins.

Mais au delà de leur utilité, faire son masque de soin maison c’est avoir connaissance des produits utilisés pour sa fabrication. Vous pouvez donc être certain qu’aucun produit chimique ne sera utilisé pour sa confection.

Un masque pour hydrater sa peau

Certains permettent d’hydrater une peau asséchée par le soleil, d’autres ont une action anti acnéique, purifiante ou antioxydante… De fait il en existe énormément, habituellement vendus sous forme de crème, voire de sorte de tissu gorgé de produits fait pour être jeté après application. Autant dire que les masques maisons sont à la fois très chers et très polluants, alors qu’avec un peu de bon sens et de produits dont nous disposons tous, il est très facile de faire un masque maison dont nous connaissons l’origine et dont l’impact en termes de pollution sera minime.

Un masque maison pour peaux grasses

Un masque pour les peaux grasses, par exemple, peut être réalisé facilement en mélangeant une banane mûre écrasée, quelques gouttes de citron et une cuillère d’huile d’olive. Après avoir laissé reposer un quart d’heure la pâte ainsi obtenue, il suffit de l’appliquer sur la peau pour la laisser agir un moment. Enfin, le masque sera enlevé avec de l’eau tiède. Ces composants sont faciles à trouver et leur utilisation ne génère aucune pollution.

Il ne s’agit pas ici de faire une liste de toutes les recettes disponibles, mais de montrer qu’avec un peu de recherche il est très facile de se débarrasser d’une bonne partie des produits de la salle de bains et de faire soi-même la plupart de ses produits.

Internet, et c’est l’un de ses bons côtés, fourmille de recettes pour à peu près toutes les utilisations possibles de masques, et la très grande majorité des ingrédients se trouvent déjà dans notre cuisine : miel, huile d’olive, citron, amande douce, avocat, huile de jojoba, beurre de karité…

Cette liste non exhaustive montre bien que ces composants sont peu chers et toujours utiles.

Les limites des masques maison

Bien entendu, il s’agit également de ne pas faire n’importe quoi. En effet, les masques sont directement appliqués sur la peau, et même si les produits pris un par un ne sont pas dangereux, leur mélange peut avoir un effet nocif. Parfois, le remède est pire que le mal.

Quelques conseils de bon sens sont à appliquer : il ne faut pas utiliser une recette qui ne semble pas avoir été validée, par des commentaires ou des retours d’utilisateurs. Il est très fréquent que les personnes à l’origine de la recette publient les remarques des internautes visant à améliorer la composition du produit (plus de tel ingrédient, moins de tel autre…). Ce genre de remarque montre bien la bonne volonté des personnes à l’origine de la composition du produit.

De même, il faut se méfier des ingrédients curieux : un masque hydratant à base de vinaigre et de sel, par exemple, n’est pas de bon augure. Enfin, les allergies à certains produits sont toujours possibles, et même dilué ou mélangé, un ingrédient allergène restera nocif pour la peau.

Ces conseils sont simples, mais il nous paraît prudent de les appliquer.
Finalement, nous pouvons voir que la dépendance aux produits cosmétiques peut facilement être remplacée par la tentation de chercher des recettes simples et bien moins chères pour prendre soin de sa peau. Cela permet de savoir exactement ce que nous consommons et de redonner un sens à nos activités quotidiennes.

Scroll to top