Accoucher d’un bébé mort-né : le témoignage bouleversant d’une mère

mère

Le chagrin de perdre un enfant est une douleur indescriptible. Aucun parent ne peut se préparer à un tel événement, qui brise le cœur de la manière la plus cruelle. Pour Whitney Quinton et son compagnon, ce cauchemar est devenu réalité lorsqu’ils ont dû dire adieu à leur fille tant attendue avant même qu’elle n’ait eu la chance de vivre.

Une grossesse difficile

Whitney Quinton a passé de nombreuses années à lutter contre divers problèmes de santé tels que l’endométriose et l’adénomyose. Après avoir donné naissance à son fils, elle a subi une terrible fausse couche, mais elle rêvait toujours de lui donner un frère ou une sœur. Trois ans après cette fausse couche, elle a subi une intervention chirurgicale pour traiter son endométriose. Peu de temps après, elle a appris qu’elle était à nouveau enceinte.

Le couple a rapidement découvert que le bébé était une fille. Cependant, lors de l’échographie destinée à confirmer le sexe à 21 semaines, ils ont remarqué que quelque chose n’allait pas. L’échographie a pris plus de temps que prévu et la sage-femme a demandé l’aide de ses collègues.

La terrible nouvelle

Whitney se souvient de son inquiétude croissante pendant l’attente. Son mari a tenté de la rassurer, mais ses pensées tourbillonnaient, envisageant toutes les choses terribles qui pourraient arriver. Finalement, le médecin leur a annoncé que le cœur de la fillette n’était pas au bon endroit, qu’elle n’avait qu’un seul rein, des os défectueux et que ses mains et ses pieds ne grandissaient pas correctement.

Ils ont alors été confrontés à un choix déchirant : interrompre la grossesse ou continuer en sachant que leur fille aurait une vie très difficile, si elle survivait. Whitney se souvient d’avoir crié à cette nouvelle, exprimant une douleur qu’elle ne savait même pas possible.

Un deuil anticipé

Les deux semaines suivantes ont été terribles pour Whitney et son mari. Ils étaient tristes, désorientés et fatigués, affrontant de nombreux tests et visites à l’hôpital. Ils ont découvert que leur fille aurait très probablement d’autres problèmes de santé qu’ils ne pouvaient même pas encore voir. Ils ont pleuré jour et nuit, se sentant démunis et dévastés.

En tant que parents, ils ont compris que leur décision devait être basée sur ce qui était le mieux pour leur fille, pas pour eux-mêmes. Ils ont donc commencé à prier intensément, cherchant des réponses auprès de Dieu. Whitney décrit cette période de prière comme l’une des expériences les plus puissantes de leur mariage.

Une décision difficile

Finalement, ils ont décidé de ne pas prolonger la souffrance de leur fille. Whitney devait accoucher de sa fille sans vie. Le déclenchement était prévu et, le soir venu, elle a reçu des médicaments pour induire le travail. Whitney décrit cette période comme la pire nausée qu’elle ait jamais connue, avec une vision troublée et une crainte croissante pour sa propre vie.

Les mots réconfortants du mari

À l’hôpital, la bataille était rude. Whitney s’est réveillée pour découvrir que leur fille, Ruby-Jo, était née sans vie. Le médecin est venu chercher son petit corps sans vie de 0,5 kg et Whitney est tombée en état de choc total. Elle a été submergée par une vague de culpabilité, de colère et de chagrin.

C’est à ce moment que son mari a prononcé des mots qu’elle n’oubliera jamais : « C’est bon, tu as réussi. Elle est enfin rentrée à la maison et elle est parfaite. Elle est avec notre famille au paradis et elle ne souffre plus. Je suis tellement fier de vous. »

Un soulagement difficile à accepter

Rétrospectivement, le couple a appris que la malformation cardiaque de leur fille aurait sans aucun doute signifié une mort certaine s’ils avaient choisi de poursuivre la grossesse. La nouvelle a été difficile à recevoir, mais ils ont été soulagés de savoir qu’ils avaient pris la meilleure décision pour elle. Leur chagrin reste vif, mais ils trouvent du réconfort dans l’idée que leur fille ne souffre plus.

Whitney se rappelle avec émotion que leur fille est gravée dans leur famille et qu’un jour, au paradis, ils seront tous réunis. Elle est reconnaissante pour les leçons de compassion, de foi et de résilience que cette tragédie leur a enseignées. En se tournant vers Dieu et en étant présents pour les autres, ils espèrent élever ceux qui traversent des tragédies similaires.

Partager l'article
Retour en haut